Découvrez l'histoire de l'artisanat : de ses origines à aujourd'hui

- Catégories : Artisanat

Depuis toujours, l’artisanat existe parmi les peuples et constitue une large part de leur humanité. Au début de l’histoire, l’Homme fabriquait tout avec ses mains en s’adaptant et en développant des techniques bien particulières. On ne le nommait pas ainsi, mais c’étaient des artisans.  Au centre de toute civilisation et de toutes traditions dans le monde, il y a des artisans. Ces derniers ont bâti des pyramides, construit des bateaux, créé des villes. Ils ont ainsi structuré et organisé une économie de tout temps. Les artisans sont gardien d’un savoir-faire et d’une histoire parcourant les époques et les peuples.

Aujourd’hui, l’artisanat est en constante évolution et se démarque grâce à ces valeurs d’authenticité, de partage et de tradition. Face à une mondialisation omniprésente et aux usines capitalistes, les artisans nous permettent de revenir aux bases de notre existence.

Pour donner quelques chiffres, l’artisanat, en France, comptait, en 2021, 274.565 entreprises artisanales employant 301.006 salariés et formant 15.420 apprentis. 47 % des entreprises appartiennent au secteur des services, 33 % au secteur du bâtiment, 12 % au secteur de la fabrication et 8 % au secteur de l’alimentation.

Définition d'un artisan, et que signifie l'artisanat ?

L'artisanat en France rassemble les pratiques traditionnelles et le savoir-faire associé à l'exercice d'un métier manuel : céramiste, ferronnier, verrier, boulanger... Il représente la transformation de produits avec un savoir-faire particulier réalisé par une main-d'œuvre locale et hors du contexte industriel de masse. La définition de l'artisanat diffère selon les pays et les cultures. Seules les valeurs communes perdurent.

L’artisan quant à lui pratique cet artisanat et assure tout le flux, de la création à la commercialisation. Il est propre à son domaine d’expertise.

Le titre d’artisan est très encadré et contrôlé par la loi, car il correspond à un label de qualification professionnelle. Pour prétendre à un titre d’artisan, il faut être titulaire d’un diplôme de niveau 3 ou d’un CAP qui justifie une expérience professionnelle de 2 ans minimum dans la discipline en question.

Pour Richard Sennett, sociologue et historien américain, l'artisanat désigne la tendance foncière de tout homme à soigner son travail et implique une lente acquisition de talents, où l'essentiel est de se concentrer sur sa tâche plutôt que sur soi-même

L'Histoire de l'artisanat au cours des siècles

Le terme artisan provient de l’Italien « artigrano », l’Italie, descendante de l’Empire Romain, a de belles traditions artisanales. Dans le monde entier, l’artisanat est présent et se fond aux traditions du pays. Chaque artisanat est différent et représente les cultures du pays. C’est pour cela que l’artisanat est riche, il comporte avec lui toutes les traditions et culture de chaque pays.

À l’origine, au Moyen-Age, les artisans étaient pour la plupart des serfs, c’est-à-dire une personne attachée à une terre dont les biens et le travail appartiennent aux propriétaires de cette terre, très souvent le roi. Toutefois, en récompense de leur travail, les artisans pouvaient être affranchis, leur permettant davantage de liberté. Tout leur savoir-faire et leurs pratiques étaient transmises de générations en générations.

À partir du IXᵉ siècle, les artisans commencent à se regrouper afin de se créer une protection mutuelle. Ils se font appeler les « geldoniae »(guildes) et les « confratriae »(confréries) dont les traditions sont très fortes et basées sur la religion. Certaines de ces traditions sont encore présentes dans l’artisanat d’aujourd’hui. Cette confrérie leur permettait une protection auprès des autorités de la ville.

Puis, elles vont se transformer en "corporations" à la fin du XVIIᵉ siècle où la forme religieuse a complètement disparu.

 

En France, l’artisanat était très présent et ne cessait d’évoluer avec les années. Il représentait des métiers utiles et surtout indispensables dans le développement des sociétés. Pour la classe la plus riche, les artisans étaient méprisés, car ils travaillaient de leur main, ce qui était synonyme de pauvreté. En revanche, pour la majorité du peuple, ils étaient reconnus par leur maitrise dans leur domaine.

Quand l’industrialisation a fait son jour, à partir du XVIIIᵉ, l’artisanat s’est vu se diviser en deux catégories :

 

- L’artisanat de proximité au cœur des villes proposant des produits diversifiés dans leur domaine. Très proche de leur clientèle avec une production très limitée.

 

- L’artisanat de masse présent plutôt dans les campagnes et là, on parle de travail en série avec de très grandes quantités.

 

À cause de ce mépris sociétale et de l’appât d’un salaire fixe, beaucoup d’artisans se sont contraint à travailler dans ces usines. Le salaire était minable et les conditions de travail réellement douloureuses. Peu à peu, les artisans désertent les villes et les usines grandissent. Mais l’artisanat résiste et va s’organiser face à cette grande industrie. Les mentalités vont d’ailleurs changer et beaucoup de travailleur vont jalouser leur indépendance. L’artisan libre s’épanouie face au capitalisme sauvage.

La profonde mutation de l’artisanat à partir du 20ème siècle

L’artisan apparaît seulement en 1920 dans la Gazette des métiers et est enfin reconnu par la fonction publique. En 1921, l’État autorise le Crédit Agricole à consentir les prêts aux artisans ruraux. Mais l’État reste très rigide sur les différentes conditions de prêts.

C’est en 1926 que né la chambre de métiers qui marque le début de l’institutionnalisation de l’artisanat. Ce dernier progresse et existe progressivement par la reconnaissance que lui apporte l’état. Mais la chambre des métiers a du mal à se rependre dans le pays et entre 1924 et 1941, l’artisanat est emprisonné par l’État. Il ne l’enferme en n’autorisant pas plus de 2 employés et limite son développement commercial. Le développement coûte cher à l’État. En effet, le crédit artisanal n’a pas eu l’effet escompté, son fonctionnement est lourd et rapporte peu.

Les années passent et l’artisanat connait des hautes et bas. L’état améliore leurs crédits pour ensuite les oublier les années suivantes. Il faut attendre les années 70 pour que la modernisation et le développement des artisans grandissent. En 1976, l’État leur accorde enfin la possibilité d’engager jusqu’à 10 salariés.

La formation des métiers de l’artisanat va aussi jouer un rôle important. En 1971, Les Centres de Formation des Apprenties (CFA) est créé, ce qui va lancer cette dynamique de modernisation et d’innovation dans le secteur.

L’artisanat aujourd’hui

L'artisanat au 21ᵉ siècle a connu une évolution importante grâce à l'utilisation de technologies avancées et à la prise en compte de la durabilité et de l'éthique. Les artisans utilisent maintenant des outils numériques pour concevoir leurs créations, améliorer leur processus de fabrication et augmenter leur visibilité en ligne.

Et si l’artisanat devenait l'économie de demain ? 
Cela peut vous paraître étrange, mais c’est une possibilité. En effet, l’industrialisation a été très bénéfique pendant de longues années, mais aujourd’hui, elle se délocalise beaucoup et perd énormément de valeur en termes de qualité et d’économie. L’avantage avec l’artisanat, c'est qu’il reste local et représente des valeurs éthiques dont nous sommes de plus en plus sensibles. 
De plus, dans ce monde actuel, nous recherchons de plus en plus l’authenticité, les pièces uniques et la personnalisation. Nous devenons de plus en plus exigeants sur la qualité et la provenance. Nous aimons rendre unique notre achat grâce à la personnalisation. 
Alors certes, l’industrie s’adapte pour satisfaire nos besoins, mais l’artisanat de cesse de se répandre et de se diversifier.

Après de longues années de galère et d’oubli, l’État donne enfin sa place aux artisans en leur permettant plus de liberté en termes de financements, de formations et de technologies.

L’État a un rôle primordial afin de protéger les artisans, de mettre en place des programmes pour protéger les traditions et promouvoir leurs créations auprès des consommateurs.

Il existe également des incitations fiscales pour les entreprises artisanales, qui ont souvent des marges de manœuvre limitées et des coûts de production élevés.

Les états peuvent également créer des zones artisanales ou des incubateurs d'entreprises pour aider les artisans à se développer et à se connecter avec d'autres acteurs économiques.

L'entrepreneuriat et l'artisanat au 21ᵉ siècle sont étroitement liés, car les artisans modernes doivent souvent adopter une approche entrepreneuriale pour réussir dans le monde actuel.

Les artisans doivent être créatifs dans la promotion de leurs produits artisanaux et être compétitifs dans un marché globalisé. Les réseaux sociaux et les plateformes en ligne ont également permis aux artisans de développer leur marque personnelle et de se connecter directement avec leurs clients, ce qui est essentiel pour l'entrepreneuriat dans l'artisanat.

Les artisans sont par ailleurs de plus en plus conscients de l'importance de créer des produits durables et éthiques, ce qui les encourage à adopter une approche plus responsable et durable dans leur entreprise.

En somme, l'entrepreneuriat et l'artisanat au 21ᵉ siècle sont de plus en plus liés, et les artisans doivent être à la fois créatifs et responsables pour réussir dans un marché en constante évolution.

Quelle différence entre l’art et l’Artisanat ?

L'art et l'artisanat sont des domaines distincts, bien qu'ils puissent parfois se chevaucher.

L'art est généralement considéré comme une expression créative qui utilise des médiums tels que la peinture, la sculpture, la photographie et la musique pour communiquer une idée, une émotion ou une vision. L'art est souvent considéré comme une forme d'expression personnelle et peut être considéré comme un produit fini qui est créé pour être vu ou entendu par un public.

L'artisanat, quant à lui, est généralement considéré comme une activité qui utilise des techniques manuelles pour créer des objets pratiques ou décoratifs. Les artisans utilisent souvent des matériaux traditionnels pour créer des produits tels que des meubles, des poteries, des bijoux et des vêtements. L'artisanat peut également être considéré comme un métier qui nécessite un certain degré de compétence technique et de maîtrise des outils et des matériaux.

Il existe donc des différences fondamentales entre les deux domaines, mais ils peuvent aussi se croiser, certains artistes peuvent utiliser des techniques artisanales pour créer des œuvres d'art et certains artisans peuvent introduire une dimension artistique dans leur travail.

Si vous êtes artisane ou artisan, dîtes nous en commentaire quels sont les spécificités de ce métier aujourd'hui. Est-il en évolution positive ou au contraire devient il de plus en plus difficile ? Les réseaux sont-ils un avantage pour vous ou bien une difficulté ?

N'hésitez pas à débattre en commentaire autour de ce sujet merveilleux qu'est l'artisanat !

A très vite ;)

Merci pour la lecture !

N'hésitez pas à nous rendre visite, une commande, un partage ou des commentaires seront d'un énorme soutien pour nous et pour l'artisanat français !

Ajouter un commentaire